Ma Fleur du Mal

13 mai 2018

Qui suis-je ?

Bonjour, je m'appelle Charles Pierre Baudelaire. Je suis né à Paris le 9 avril 1821. A mes 6 ans, j'ai subi un traumatisme qui a bouleversé ma vie. Mon père, âgé de 62 ans est mort subitement. J'ai transformé ma douleur en mots.  Après mes études je dois bien avouer que je menais une vie de bohème et de débauche ce qui n'a pas du tout plu à ma famille qui m'a tout bonnement expédié aux Indes où je n'ai jamais posé les pieds... Je me suis arrêté à l'ile de la Réunion et suis rentré en France en catimini... C'est à mon retour... [Lire la suite]
Posté par baudelairesource à 17:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]

14 mai 2018

avant goût de mes articles!

        Bonjours mes chers lecteurs, pour débuter ce blog je vais vous « publier » mon premier article. Mais pas d’inquiétude, je serais impartiale sur mes critiques, bien qu'à mon avis mes poèmes sont parfaits . Cela va me rappeler la bonne époque du journalisme. Dans ce blog, nous allons parler de la femme. Et oui mesdames, c’est pour vous ; et quoi de mieux pour commencer que mes amours ?  suite dans quelques jours....
Posté par baudelairesource à 14:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2018

mes fleurs

                                                                             Moreau Gustave, la libélule, 1884 (ciel brouillé)                La femme est au cœur de mon recueil « les Fleurs du Mal », notamment dans la section Spleen et Idéal, dédié particulièrement à mes amantes, comme... [Lire la suite]
Posté par baudelairesource à 20:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mai 2018

Charogne

Charogne, Charles baudelaire       Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,Ce beau matin d'été si doux :Au détour d'un sentier une charogne infâmeSur un lit semé de cailloux,Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,Brûlante et suant les poisons,Ouvrait d'une façon nonchalante et cyniqueSon ventre plein d'exhalaisons.Le soleil rayonnait sur cette pourriture,Comme afin de la cuire à point,Et de rendre au centuple à la grande NatureTout ce qu'ensemble elle avait joint ;Et le ciel... [Lire la suite]
Posté par baudelairesource à 07:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 mai 2018

Parfum exotique

                  Quand, les deux yeux fermés, en un soir chaud d’automne, Je respire l’odeur de ton sein chaleureux,Je vois se dérouler des rivages heureuxQu’éblouissent les feux d’un soleil monotone ; Une île paresseuse où la nature donneDes arbres singuliers et des fruits savoureux ;Des hommes dont le corps est mince et vigoureux,Et des femmes dont l’œil par sa franchise étonne. Guidé par ton odeur vers de charmants climats,Je vois un port rempli de voiles et de... [Lire la suite]
Posté par baudelairesource à 20:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 mai 2018

Ciel brouillé On dirait ton regard d'une vapeur couvert;Ton oeil mystérieux (est-il bleu, gris ou vert?)Alternativement tendre, rêveur, cruel,Réfléchit l'indolence et la pâleur du ciel. Tu rappelles ces jours blancs, tièdes et voilés,Qui font se fondre en pleurs les coeurs ensorcelés,Quand, agités d'un mal inconnu qui les tord,Les nerfs trop éveillés raillent l'esprit qui dort. Tu ressembles parfois à ces beaux horizonsQu'allument les soleils des brumeuses saisons...Comme tu resplendis, paysage mouilléQu'enflamment les rayons... [Lire la suite]
Posté par baudelairesource à 07:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]